• Eric Drevet

10 conseils pour améliorer sa prise de parole




Voici quelques conseils sur les choses à faire (ou pas) pour rendre sa parole plus impactante.

Le meilleur moyen de progresser étant de pratiquer, je vous encourage à les tester en situation, avec ou sans coaching.


Posture

Alors, on prend l’espace ou on reste planté droit ? L’un ou l’autre mais pas l’entre-deux du piétinement qui va brouiller l’attention de votre public.

On commence par rester bien ancré sur place et quand on sent l’appel du mouvement, on prend l’espace franchement, pas de demi-mesure.

Le haut du corps gagne à être en mouvement pour étayer le propos.



Regard

Favoriser le balayage du public en posant votre regard 2 secondes sur des personnes dites "relais" que vous sentez intéressées par ce que vous racontez. Prenez le temps d’établir le contact visuel plutôt que de zapper d’une paire d’yeux à une autre.

Pas de regard vers le sol, vous allez perdre l’attention de vos interlocuteurs.



Expression du visage

Le sourire est communicatif mais votre bouche peut retranscrire aussi d’autres émotions (une moue dubitative ou un questionnement sont de bons contrepieds au sourire)

Le haut du visage peut également être très expressif (sourcils et front).

Gestuelle

Imaginez un cercle à hauteur de poitrine dans lequel vous passez les mains. A partir de là, vous pouvez les utiliser sur des mouvements isolés (une énumération par exemple) ou les 2 mains groupées (le poing qui tape dans la paume de l’autre main a toujours de l’impact).

Pas de bras croisés ou de main dans le dos.


“La parole a besoin de gestes pour toucher le cœur humain.”

― Anne Hébert, poétesse


Ancrage

Les pieds dans l’axe des épaules, les genoux déverrouillés pour ne pas avoir le poids du corps sur une seule jambe et ainsi tanguer.

Souple mais dynamique.

Relief

Plus vous mettez de contraste, mieux c’est !

Contraste dans le volume sonore, dans l’intonation ou au début et fin de phrase.

Repérez les mots importants et dites-les avec un accent tonique appuyé.

Petit exercice de théâtre chez vous : dites la phrase « Bonjour Michel, je voulais vous voir » de 5 manières différentes (enjouée, inquiète, fière, espiègle et triste) pour travailler le relief.

Séquençage

L’idée est de bien marquer vos débuts et fins de phrase. Votre interlocuteur doit comprendre que vous changez d’idée ou de paragraphe comme dans un livre. Cela va lui permettre de se repérer dans votre discours et de se faire une image mentale du contenu de votre intervention.


“Il y a des gens qui parlent, qui parlent… jusqu’à ce qu’ils aient trouvé quelque chose à dire.”

― Sacha Guitry, metteur en scène


Respiration

Pour aider au séquençage, rien de mieux que la respiration !

L’objectif est que votre rythme de parole aille moins vite que celui de votre pensée.

Imposez-vous de respirer entre les parties de votre discours. Vous pouvez compter « 1 Mississippi, 2 Mississippi, 3 Mississippi » pour vous aider.

On évite les phrases trop longues en apnée.



Silence

Rien de tel que le silence pour mettre de l’emphase sur ce qui va suivre.

Le silence est votre allié, ce n’est pas un blanc à combler au plus vite.

Il laisse le temps à votre interlocuteur de réfléchir à ce que vous dites sans en perdre le fil.


"Le silence, c'est 100 mots."

― Gaëtan Faucer, dramaturge

Rebond

Il arrive à tout le monde d'avoir un oubli ou de se tromper.

Vous pouvez être décontenancé par un imprévu et perdre vos moyens. Dans ce cas-là, assumez complètement en verbalisant ce qui se passe. "Un instant, je vous prie." (Vous regardez votre fil conducteur écrit). "Oui voilà, je voulais aussi ajouter que..."

L'erreur est humaine mais bien gérée, elle crée de l'empathie avec votre auditoire.




Voici quelques outils que je serais ravi de mettre en pratique avec vous lors de séances de coaching en prise de parole à Bordeaux.


A vous de jouer !

122 views0 comments

Recent Posts

See All